Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AERE, Association Environnement Reignier-Esery

Avec malice et esprit positif, nous agissons localement pour l'environnement: Pédibus, AMAP, autoconstruction de fours solaires, boîtes d'échanges de livres et objets, qualité de vie et questions de mobilité - Les solutions existent, rejoignez-nous !

Les bouquetins du Bargy abattus en masse.

Publié le 24 Avril 2014 par aere74930 in Environnement

Les bouquetins du Bargy abattus en masse.

Le Préfet de Haute-Savoie autorise l'abattage à l’aveugle des bouquetins du Bargy.


En octobre 2013, le préfet de Haute-Savoie, Georges-François Leclerc, ordonnait l'abattage des bouquetins du Bargy, car certaines bêtes étaient atteintes de brucellose. Suite à l'arrêté, au moins 224 bouquetins ont été abattus, alors qu'il n’était pas certain qu'ils soient à l’origine du foyer bovin détecté en 2012. D’après l’ONCFS, 35% des bouquetins du Bargy étaient sérologiquement positifs, un bouquetin sérologiquement positif n’étant d'ailleurs pas systématiquement malade puisque la maladie se manifeste surtout par des avortements, avec une reprise de la fertilité parfois observée ensuite (guérison ?). Or, les bouquetins recensés dans le Bargy en 2013 étant au nombre de 289, il se pourrait que ce massacre ait éliminé 77% de la population du massif.


La décision avait été prise à la hâte, sous la pression des éleveurs et des chasseurs, alors que les instances scientifiques (CNPN et CSRPN) s'étaient opposées à l'abattage. Selon les rapports de l’ANSES, agence d’experts pluralistes et indépendants, la brucellose est circonscrite aux bouquetins. Ils se contamineraient essentiellement par voie vénérienne et la probabilité de transmission aux vaches et aux moutons est extrêmement faible. De même, le risque de transmission de la maladie aux autres espèces sauvages a été mesuré et s'est révélé également extrêmement faible. L’absence d’infection parmi tous les troupeaux de vaches éventuellement exposés avait même été démontrée en automne 2012 : sur 12 118 animaux testés, aucun ne s’est révélé positif.


Les experts concluent que le risque économico-sanitaire est minime et maîtrisable. Sachant désormais que des bouquetins étaient infectés, le risque de contact vache-bouquetin était devenu encore plus faible du fait de la vigilance relatives aux positionnements des troupeaux de vaches. Et ils rappellent que les bouquetins vivent en altitude, au-dessus des forêts dans des zones rocheuses peu accessibles aux autres animaux. Pourtant, l'abattage systématique de tous les bouquetins de 5 ans et plus a décidé dans l'urgence et sans considérer les alternatives proposées par le Conseil National de Protection de la Nature : sélectionner les individus à abattre, les vacciner, ou castrer les mâles contaminants, des solutions moins couteuses que l'évacuation par hélicoptère des bouquetins tirés à vue par les chasseurs.


Pour dénoncer les campagnes de tirs prévues jusqu'au 30 septembre 2014, le collectif « Sauvons les bouquetins » a été créé. Il s'associe aux associations déjà mobilisées : l'ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages) et les associations reconnues d’utilité publique : la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature) et la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux). Ce collectif a écrit au préfet et lui a demandé la liste des bouquetins abattus classés en fonction de leur âge et de leur sexe.


Le 14 avril 2014, la pétition lancée par Matthieu Stelvio en octobre 2013 et qui compte aujourd'hui 28000 signataires lui était présentée lors d'une réunion avec la FRAPNA. Mais Georges-François Leclerc n’a pas voulu abrogé l’arrêté qui permet à l’Etat d’abattre les bouquetins du Bargy à l'aveugle.


Pour que nos bouquetins restent une espèce protégée et interdite de chasse, nous soutenons le collectif « Sauvons les bouquetins » et vous tiendrons informés.


Lien vers le site et la pétition : http://sauvonslesbouquetins.over-blog.com/


Sources : toutes ces informations sont synthétisées par Matthieu Stelvio sur son blog ("Le bruit du vent": http://lebruitduvent.overblog.com/bouquetinsdossier.html) où il fait une comparaison intéressante :

Faudrait-il "abattre les chats (pour lutter contre la toxoplasmose congénitale), les chiens (pour lutter contre les septicémies), les renards (pour lutter contre l’échinococcose)..."? Sa réponse est sans appel : "On notera, d’une part, que ces maladies ne sont pas à l’origine de campagnes d’abattages massifs d’animaux, d’autre part, que si la rage a aujourd’hui disparu du territoire français, c’est grâce à la vaccination, et non pas suite à l’éradication des chiens et des renards."

Et il conclue que si l'État a occulté la question de l’éthique en choisissant la solution la plus expéditive (des alternatives existent), et refuse la consultation publique (comme la loi l’impose), les citoyens ont encore le droit de s’exprimer...


L'Aère relayera les infos du collectif « Sauvons les bouquetins », restez à l'écoute !

Laure Roukine

Evacuation par hélicoptère au-dessus du Col de la Colombière d'un des 224 bouquetins abattus dans le Bargy le 24 10 2013

Evacuation par hélicoptère au-dessus du Col de la Colombière d'un des 224 bouquetins abattus dans le Bargy le 24 10 2013

Commenter cet article