Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AERE, Association Environnement Reignier-Esery

Avec malice et esprit positif, nous agissons localement pour l'environnement: Pédibus, AMAP, autoconstruction de fours solaires, boîtes d'échanges de livres et objets, qualité de vie et questions de mobilité - Les solutions existent, rejoignez-nous !

Aménagements cyclables: le cas de la rue du Marché

Publié le 8 Juillet 2017 par aere 74930

Examinons cette rue toute proche des écoles, qui vient d'être dotée de voies cyclables bidirectionnelles, mais d'un seul côté de la chaussée.

 

Si on peut saluer les intentions de la Mairie d'améliorer les conditions de déplacements pour les cyclistes,  il faut bien dire que cet aménagement est loin d'apporter un niveau de sécurité suffisant.

 

L’analyse ci-après porte sur deux principaux éléments :

  1. Le choix de l’aménagement en section,
  2. Les connexions avec la rue des Ecoles et la Grand-Rue.

 

 

Choix de l’aménagement en section

 

De manière générale, ce qui saute aux yeux, c’est que cet aménagement cyclable a été pensé en fonction de la voiture : en effet, un gabarit de circulation pour les voitures de 3.50m a été conservé, ce qui ne laisse que 2.10m (dont une des 2 voies à 0.90m) pour les vélos !

Pour être confortable et sécurisante, notamment pour des enfants, une voie cyclable devrait disposer d’un gabarit de 1.50m par sens : on en est très loin !

 

De plus, pour un vélo allant vers les écoles, il y a un risque important de collision avec une portière de voiture ; l’étroitesse de la bande cyclable amplifie encore le danger.

 

 

Dans le cas présent, il aurait été plus pertinent de proposer d’autres solutions :

 

  • Variante 1 : maintien de la rue à 50 km/h avec aménagement de bandes cyclables de 1.40m de part et d’autre de la voie à sens unique pour les voitures ;

 

  • Variante 2 : mise en zone 30 km/h de la rue avec aménagement d’un double-sens cyclable (communément appelé « contre-sens cyclable ») et d’une surlargeur de 0.50m entre le stationnement côté Nord et la voie mixte voitures+vélos.

 

 

Connexions avec la rue des Ecoles et la Grand-Rue

 

Par ailleurs, le plus dangereux reste la connexion entre cet aménagement et les rues situées en amont et aval du système.

 

1. Connexion avec la Grand-Rue

 

Un cycliste sortant de la rue du Marché débouche sur un carrefour à feux, mais n’a pas de feu pour sortir en toute sécurité. L’aménagement laisse à penser que le cycliste doit se rabattre sur le trottoir (sans abaissement, sauf au niveau du passage pour piétons) à l’angle du fleuriste avant de s’insérer sur la Grand-Rue au niveau de la traversée piétonne sécurisée par des feux.

 

Cette situation est particulièrement dangereuse puisqu’une voiture peut entrer dans la rue du Marché à tout moment et être surprise de voir un vélo couper la rue en parallèle des piétons. Sans compter que, pour les cyclistes, rien n’indique ce qu’il doit faire, ni même qu’il arrive sur un carrefour à feux, ce qui est une grave entorse avec les règles du code de la route.

 

De plus, il n’est pas acceptable d’envoyer les cyclistes sur un trottoir et de les laisser se réinsérer sur la Grand-Rue au niveau de la traversée piétonne (avec feux) située au droit de la rue du Môle.

 

Par ailleurs, pour les automobilistes tournant à droite de la Grand-Rue vers la rue du Marché, il faudrait signaler le conflit avec la traversée piétonne et les cycles et, pourquoi pas, autoriser les vélos à tourner à droite lorsque le feu est rouge, comme cela se pratique (avec succès) dans de nombreuses villes.

 

En résumé, pour des enfants, cette situation est particulièrement peu lisible et il est fort probable que les parents ne laisseront pas leurs enfants circuler à vélo dans ces conditions.

2. Connexion avec la rue des Ecoles

 

A l’intersection entre la rue du Marché et la rue des Ecoles, la situation n’est pas moins sécurisante. En effet, en sortant de la rue du Marché, il devrait y avoir une plaque complémentaire sous le panneau d’interdiction de tourner-à-droite qui indique « sauf cycles ».

 

Les cyclistes venant de la rue des Ecoles se trouvent aux aussi dans une situation dangereuse puisqu’ils doivent cisailler au milieu du plateau surélevé, avec des voitures allant dans le même sens qu’eux et des voitures venant de la rue du Marché. De nouveau, l’aménagement de la rue des Ecoles présente les mêmes contraintes, en matière d’insertion dans les carrefours, que celui de la rue du Marché.

 

 

Dans ce carrefour, même si le plateau surélevé fait ralentir le trafic et signale une zone de prudence, il est essentiel d’apporter des compléments afin de mieux sécuriser les cheminements vélos, d’autant plus que ces aménagements sont destinés notamment à des enfants.

 

Le plateau surélevé devrait être d'une couleur distincte par rapport au reste de la chaussée, ou alors un îlot pourrait être construit (au premier plan sur la photo ci-dessus) à l’angle de ces deux rues afin d’y proposer aux cyclistes une zone d’attente sécurisée avant de s’engager dans une direction ou une autre : cela ne gênera pas les manœuvres des véhicules et, au contraire, pourrait même mieux signaler l’interdiction de tourner-à-droite depuis la rue du Marché.

 

 

Synthèse et recommandations

 

De manière générale, les bandes cyclables bidirectionnelles placées d’un seul côté de la chaussée sont plus appropriées dans des contextes hors localité ; en milieu urbain, chaque connexion et accès est difficile à gérer et souvent mal perçu par les usagers.

 

A proximité des écoles, des pistes cyclables sont plus à même de répondre aux enjeux de confort et de sécurité. Mais il faut éviter de tomber dans le piège qui consiste à mettre à tout prix les vélos à l’écart du trafic : il faut au contraire responsabiliser chacun en lui faisant comprendre que l’espace public doit être partagé. La qualité de l’aménagement doit assurer cette fonction essentielle au bien vivre ensemble.

 

En résumé, la situation actuelle présente un caractère dangereux, même en dehors des considérations  réglementaires, au débouché de la rue du Marché sur la Grand-Rue. Il convient dès lors de réfléchir à une autre solution qui permette d’encourager la pratique du vélo, notamment celle des enfants.


Espérons que cet aménagement de la rue du Marché ne préfigure pas celui de la rue des Ecoles qui, c'est prévu, sera entièrement reprise avec une déviation du trafic automobile derrière la médiathèque et la chaufferie. Nous l'avons recommandé: la réussite de la rue des Ecoles est indispensable pour la cohérence des aménagements communaux. Selon nous, la rue du Marché connexe devrait suivre la même logique.

 

 

Les enjeux en termes de pollution de l'air le commandent: les nouvelles générations doivent élaborer de meilleures habitudes de déplacement si nous voulons faire face aux exigences de notre temps. A nous de leur offrir le cadre propice qu'elles méritent.

Commenter cet article